L'actualité du Centich

24/10/2017

Angers




         Une "technicothèque"
         pour se préparer à bien vieillir


Modifié le24/10/2017 à 06:56 | Publié le24/10/2017 
  • Le maintien à domicile est aujourd'hui une priorité. Depuis sa création, près de 300 personnes sollicitent chaque année la technicothèque, dans le Maine-et-Loire.
  • Le maintien à domicile est aujourd'hui une priorité. Depuis sa création, près de 300 personnes sollicitent chaque année la technicothèque, dans le Maine-et-Loire. | PETER MASZLEN

La plateforme, imaginée par le Département, propose équipements et technologies aux séniors et personnes handicapées. Objectif : soutenir l’autonomie et le maintien à domicile.

La technicothèque, c’est quoi ?

"C’est une plateforme départementale d’accessibilité pour l’autonomie et les actes de la vie quotidienne", définit Marie-Pierre Martin, vice-présidente du conseil départemental, déléguée aux solidarités. Elle doit favoriser le maintien à domicile. Le service, car c’en est un, est né en 2015, sous l’impulsion du Centich (Centre d'expertise national des technologies de l'information et de la communication pour l'autonomie). Avec un objectif : regrouper toutes les informations et les aides destinées aux citoyens en perte d’autonomie. "Notre objectif est d’améliorer l’aide technique après une hospitalisation, ou le maintien à domicile, grâce à des dispositifs innovants", poursuit l’élu.

Comment ça marche ?

La Maison de l’autonomie (MDA) est la porte d’entrée de toutes les démarches. C’est le lieu unique qui reçoit les personnes et répond à leurs questions. "La MDA a une mission d’accueil, d’évaluation et d’orientation", résume Marie-Pierre Martin.

Les personnes intéressées doivent déposer un dossier au sein de la MDA. Puis un ergothérapeute vient évaluer les besoins du demandeur, à domicile. Puis des préconisations sont formulées, des aides conseillées. "Il faut compter moins de deux mois entre l’évaluation à domicile et la mise en place", soutient Marie Voisin, ergothérapeute au Centich. Côté financement, le bénéficiaire peut solliciter l’allocation personnalisée d’autonomie (l’APA), également mobilisable pour les aides humaines.

"Le but étant que le reste à charge ne soit jamais un frein à l’équipement", soutient Marie-Pierre Martin. Le dispositif installé, l’ergothérapeute conseille le bénéficiaire sur la prise en main et l’aide à s’adapter à son nouvel environnement en s’assurant que les techniques préconisées répondent bien aux situations identifiées.

A quels outils peut-on avoir accès ?

La technicothèque a profité de la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement entrée en vigueur au 1er janvier 2016. Les personnes âgées ou porteurs d’un handicap peuvent solliciter des aides diverses : sur-élévateurs de télévision, barre d’appui, fauteuil roulant, télé-agrandisseur… "Nous proposons tout type de matériel qui vient compenser ou prévenir une déficience, un handicap, une perte d’autonomie", souligne Marie Voisin. Dernièrement un tire-bouchon électronique a ainsi été délivré à une personne hémiplégique. "Il s’agit ici d’aides individuelles mais réutilisables. On exclut tout appareil auditif par exemple", complète Marie-Pierre Martin.

Depuis sa création, près de 300 personnes sollicitent chaque année la technicothèque, dans le Maine-et-Loire. Un dispositif cité en exemple et qui inspire d’autres départements.

Zoom sur le Centich

Le Centre d’expertise national des technologies de l’information et de la communication pour l’autonomie (Centich) est un service de soins et d’accompagnement mutualiste géré par la Mutualité française Anjou-Mayenne. La structure travaille autour de trois axes : l’expertise et l’évaluation ; la recherche et le développement, et les projets d’intérêts généraux. Avec un seul objectif : encourager la maintien et le vieillissement à domicile. "Nous essayons de réfléchir à ces technologies en mettant en relation nos compétences avec celles des industriels, des collectivités, en sollicitant les bénéficiaires… Nous avons un rôle d’interface", présente Marie Voisin, ergothérapeute du Centich.

A l’initiative de la technicothèque et de l’appartement Léna, un "espace accessible et évolutif quelque soit le niveau d’autonomie, appelé à devenir un véritable living-lab pour intégrer, tester et évaluer des technologies", le Centich est également acteur de projet tels Slash +, une sorte de GPS d’intérieur permettant de localiser des biens ou des personnes ou d’Asstimoove, un projet dédié aux personnes sujettes aux déambulations nocturnes.

Le Centich est un acteur incontournable du pôle Silver angevin. En 2019, un espace Silver devrait d’ailleurs rassembler toutes les compétences du « bien veillir à domicile ».

 

 

 
tous les articles