Archives actualités

07/05/2013

Ecole : les nouvelles technologies gomment le handicap


Les nouvelles technologies se mettent au service d’élèves en situation de handicap.




Catégorie : Archiv
Posté par : admin
 


Le Centre d’expertise national des technologies de l’information et de la communication pour l’autonomie (Centich) coordonne le déploiement à partir de la rentrée 2013, auprès de 400 enfants malvoyants, malentendants ou porteurs de troubles du langage, d’un dispositif qui facilite leur scolarité. Les nouvelles technologies se mettent au service d’élèves en situation de handicap. A la rentrée 2013, environ 400 élèves scolarisés en primaire, au collège ou au lycée, dans quatre régions, seront équipés d’un ordinateur portable muni d’un logiciel spécifique nommé "Portanum", d’une webcam, d’un mini-scanner et d’une barre de capture numérique à fixer au tableau. Ce matériel sera rassemblé dans une mallette baptisée "Eyeschool", du nom du projet initié depuis un an par le Centre d’expertise national des technologies de l’information et de la communication pour l’autonomie (Centich). Depuis avril 2012, 25 enfants déficients visuels, auditifs ou porteurs de troubles du langage et de la communication, scolarisés à Angers (Maine-et-Loire), ont déjà expérimenté ce matériel. Et le bilan est très positif ! Ces élèves sont accompagnés par le centre Charlotte Blouin et l’institut Montéclair, spécialisés respectivement dans les secteurs de la déficience auditive et de la déficience visuelle. Ces deux établissements médico-sociaux sont gérés par la Mutualité Française Anjou-Mayenne Ssam (services de soins et d’accompagnement mutualistes). L’institut Montéclair accompagne également des enfants atteints de troubles sévères du langage. Voir de près ce qui est loin Les élèves malvoyants ont utilisé "Eyeschool" pour voir de près, sur l’écran de l’ordinateur, ce qui est loin, au tableau. En outre, le logiciel permet à l’utilisateur de zoomer ou de traiter l’image afin de l’adapter à sa vision. Il peut, par exemple, inverser les couleurs, les changer, améliorer le contraste ou la netteté. Un mini-scanner permet d’accéder à des documents écrits, mais dont les caractères sont trop petits. L’élève peut également utiliser la synthèse vocale pour lire des documents ou naviguer dans l’ordinateur. Ce matériel présente également un grand intérêt pour les enfants déficients auditifs ou porteurs de troubles du langage et de la communication. Ainsi, ces derniers peuvent enregistrer la totalité des informations inscrites au tableau par l’enseignant et sont donc libérés de la prise de note. Ils peuvent aussi recourir à la fonction de vocalisation pour la navigation dans l’ordinateur, ce qui leur facilite son usage. Cette fonction leur rend également plus aisé l’apprentissage d’une leçon ou d’une poésie. Le déploiement de ce dispositif dans quatre régions – Ile-de-France, Midi-Pyrénées, Pays-de-la-Loire et Provence-Alpes-Côte d’Azur – à partir de septembre 2013 nécessite la coordination de divers acteurs. Le Centich est responsable de la coordination et pilote l’ensemble. Pour cette deuxième étape, le projet Eyeschool a obtenu un financement dans le cadre des "investissements d’avenir pour le développement de l’économie numérique". Si cette expérimentation est concluante, la totalité des élèves concernés pourraient être équipés pour la rentrée 2014. Milène Leroy