Archives actualités

29/11/2013

Innovateurs : Thales veut aider les élèves malvoyants


Dès l'année scolaire 2013-2014

Dès l'année scolaire 2013-2014, 400 élèves malvoyants vont suivre leur cours avec plus de facilité. C'est l'enjeu du projet Eyeschool mené sous forme pilote dans 4 régions : Pays-de-la-Loire, Paca, Ile-de-France et Midi-Pyrénées. A terme, cette solution innovante et mobile devrait profiter à tous les élèves ou étudiants handicapés par une déficience visuelle, en France.

L'histoire démarre chez Thales il y a huit ans, lorsqu'un expert du groupe, Joseph Colineau, met au point pour une collègue handicapée un système qui lui permet de suivre les présentations professionnelles. Baptisé PortaNum, il intègre une petite caméra qui filme la tableau ou la présentation, puis retraite les images pour les afficher de façon lisible sur un ordinateur portable. Chez Thales, on s'aperçoit qu'il pourrait être utile à bien d'autres, en particulier aux écoliers. « Il fallait perfectionner PortaNum et aller vers le cartable électronique », explique Gérard Lefranc, directeur de la mission Insertion de Thales.

Catégorie : Archiv
Posté par : admin

Article paru sur "Les echos.fr" le 27/11/13Les Echos

Thales veut aider les élèves malvoyants

Dès l'année scolaire 2013-2014, 400 élèves malvoyants vont suivre leur cours avec plus de facilité. C'est l'enjeu du projet Eyeschool mené sous forme pilote dans 4 régions : Pays-de-la-Loire, Paca, Ile-de-France et Midi-Pyrénées. A terme, cette solution innovante et mobile devrait profiter à tous les élèves ou étudiants handicapés par une déficience visuelle, en France.

L'histoire démarre chez Thales il y a huit ans, lorsqu'un expert du groupe, Joseph Colineau, met au point pour une collègue handicapée un système qui lui permet de suivre les présentations professionnelles. Baptisé PortaNum, il intègre une petite caméra qui filme la tableau ou la présentation, puis retraite les images pour les afficher de façon lisible sur un ordinateur portable. Chez Thales, on s'aperçoit qu'il pourrait être utile à bien d'autres, en particulier aux écoliers. « Il fallait perfectionner PortaNum et aller vers le cartable électronique », explique Gérard Lefranc, directeur de la mission Insertion de Thales.

Un grand secours pour les enfants dyslexiques

Le système a d'abord été amélioré par une équipe de salariés suivant une formation de cadre. Rebaptisé Eyeschool, il a ensuite été perfectionné avec le Centre d'expertise national des technologies de l'information et de la communication pour l'autonomie (Centich). L'utilisateur peut choisir le traitement de l'image : taille des caractères, couleurs, luminosité, contrastes... les mieux adaptés à son handicap. « On s'est aperçu qu'il est d'un grand secours aux enfants dyslexiques », souligne Gérard Lefranc. Eyeschool a été retenu dans le cadre de l'appel à projets « Services numériques innovants pour l'éducation » des programmes d'investissements d'avenir. « D'ici à 2014, nous voulons faire évoluer la technologie en allant vers les tablettes, puis en l'adaptant au contexte universitaire», précise Jawad Hajjam, directeur du développement du Centich. Déjà associée au projet, la PME Synerlog commercialisera ce système dans le cadre de l'économie sociale et solidaire.

Frank Niedercorn